Accueil > Magazine > Compte-rendus > Randonets

  Rando-Rencontres : le Lyon By Night


(29/03/2010)

Pour débuter la saison 2010, VTTnet proposait une petite remise en jambes sous la forme d’une promenade VTT au clair de lune, entre ville et campagne, et sur les traces du Rhône. Un parcours de 50km était au programme, au départ de la ville, pour aller découvrir les singles du parc naturel de Miribel à la lumière des frontales.
10 bikers avaient répondu présents pour cette sortie, qui s’annonçaient comme une bonne petite tranche de vtt en toute convivialité. C’était sans compter sur une invitée de dernière minute qui est venue perturber nos plans : la météo.

Et pour le coup elle avait décidé de se la jouer capricieuse, madame Météo, car l’instabilité du temps fut telle, qu’à quelques heures du départ les bonnes « rincées » alternaient avec un ciel lourd de mauvaises promesses. Un conseil de guerre de dernière minute, quelques coups de fils, la prédiction d’une image satellite et nous voilà quatre inconscients au départ, pas très sur d’avoir pris la bonne décision. Une certitude toutefois : nous ne manquerons pas de lumière, car pour ne pas ajouter à la difficulté d’un terrain qui promet d’être gras, nous avons décidé d’avancer le départ et de faire ce Lyon By Night ... de jour !

Départ des quais de Lyon, finalement pas si déserts que cela malgré le mauvais temps. Nous remontons le fleuve par les quais, avant de rejoindre le parc de la Feyssine en empruntant toute une série de singles. Le groupe retrouve la piste cyclable que l’on remonte en direction du parc naturel de Miribel. Contre toute attente, la pluie brille par son absence et c’est même sous un soleil timide que l’on atteint le lac de Miribel, point de départ des chemins.

Dés les premiers mètres l’on comprend qu’il faudra se livrer à une belle séance de lavage à l’arrivée. Le chemin est miné de grosses flaques. Les éviter oblige à rouler dans l’herbe et le terrain meuble qui freine le vélo. Lorsque l’on rentre dans les bois, les pif-pafs sont rendus glissants par l’humidité et l’on sent le vélo se dérober parfois plus vite que prévu. David nous offre d’ailleurs une belle figure de style. Ce sera heureusement la seule chute de la journée.

Plus l’on s’enfonce dans les profondeurs du parc, plus les chemins deviennent humides. Au gras des 1ers kilomètres, se substitue une boue de plus en plus liquide. Le parcours est pourtant sympathique, sous la forme d’un long single qui serpente entre les arbres, quelques compressions du terrain obligent à des relances, tandis que les descentes offrent la promesse de beaux vols planés . A la sortie du bois, c’est dans une belle flaque que mon vtt s’enfonce jusqu’au moyeu. J’en garderai le pied trempé pour le reste de la sortie. Une petite pause sur un chemin large, avant de reprendre un single rapide qui longe la rivière.

Mais la montre tourne et le ciel se couvre de nouveau. Il est bientôt 18h et on décide d’écourter le parcours. Le problème, c’est qu’il y a des travaux dans le parc. Le terrain est quelque peu modifié et les panneaux indicateurs sont parfois détruits ou incomplets. Le groupe se retrouve à pédaler sur une piste large, fraichement ouverte au bulldozer. Pas très glamour coté vtt. De plus il recommence à pleuvoir. On croise deux piétons, seules âmes vivantes dans le parc désertifié par la météo. Le groupe bifurque sur un single qui longe une clôture. Ce sera toujours mieux que la piste. Mais le chemin est une véritable marre boueuse. Et surtout au bout de celui-ci une lône(*) nous barre la route. Un gué devant, un chemin à droite, un chemin à gauche. On regarde le plan du parc. Impossible de se situer. Même si le soleil fait à ce moment là une apparition, la nuit va bientôt tomber. On tente à droite...demi-tour...on essaye à gauche. Le chemin surplombe le cours d’eau, parfois en dévers. Ici tu glisses, tu nages !! Nous arrivons à une gravière. On la traverse en poussant les vélos. De l’autre coté une piste. Rapidement on retrouve les panneaux et le parcours. La suite est une succession de chemins, de singles, de pistes cyclables qui nous ramènent à la sortie du parc. Il est plus de 18h.

Nous oublions le single qui longe le canal de Jonage, qui a cette heure doit être un véritable pot de glue. Le groupe rejoint l’entrée de la ville au moment où s’allument les réverbères. Finalement, nous auront fait un peu de « by night »...

Si la pluie a fait fuir certains participants, la 2eme partie du programme de ce rendez-vous, à savoir un petit after dans un bouchon Lyonnais, a fait quasiment le plein et les absents sur le vélo étaient présents pour l’apéro. Il a beaucoup été question de vtt pendant ce moment convivial, en particulier Dominique, notre Président, qui a longuement disserté avec Frédéric et Fabrice pour créer le cadre de VTT ultime. Entre sérieux, passion et fou-rires, le résultat de ces cogitations est encore sur la nappe en papier du restaurant...

Et finalement nous l’avons eu notre petit Lyon By Night, puisque c’est à pied que nous avons traversé une partie de la ville, pour rejoindre le siège de l’association avant de se séparer pour aller faire dormir les yeux pour tous, et reposer les jambes pour les 4 courageux, qui auront fait en définitive prés de 50km. Un premier rendez-vous du Rando-Tour 2010, marqué, une fois encore, par la bonne humeur et la convivialité. Mais ça, c’est la marque de fabrique de VTnet et comme on le dit souvent : Une sortie VTTnet, ca ne se raconte pas, ça se vit !

Alors rendez-vous à notre prochaine sortie vous aussi ??

(*) Lône : Bras mort du Rhône



Auteur - RouelibrE




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013