Accueil > Magazine > Dossiers Techniques

  Monter son vélo à la carte


(1er/09/1999)

<REP|SITE/1999/velocarte>


Monter son VTT à la carte : l’expérience d’un VTTiste moyen

 

Auteur  :Hugues
BRUCKER

 

L’histoire SIZE="2">

1- Le choix

Ca y est, je craque. Déjà mon dérailleur arrière, avec ses deux
centimètres de jeu, m’empoisonnait la vie, mais dans cette sortie en solo, c’est la
troisième fois que la chaîne casse. C’est dans ce sous-bois à la tombée de la nuit que
je me décide : pour cet été, je m’offre un nouveau VTT. C’est devenu in-dis-pen-sable.
Un solide. Un fiable. Un beau. Un cher ? Euh... Bon, on va négocier avec la ministre
des finances.


Le budget est fixé : entre 8.000 et 10.000 F. Commence alors la valse des visites dans
les vélocistes de ma région. Et je passe des soirées devant les catalogues Sunn,
Lapierre, MBK, Cannondale, GT, ?
"Oui, celui-là est bien, mais je ne veux pas de poignée tournante"
"Alors celui-ci est presque parfait, mais cette fourche ne me plaît pas"
Alors vînt le catalogue Streak’X ? Ouah les belles pièces exotiques et US ? Mais
bon, je n’en veux pas des trop exotiques quand même ? Un vélo top cadre +
équipement pour 6.300 F ? Ouais, mais bon ’faut voir. Je ne vais pas acheter par
correspondance sans voir l’objet de mes désirs avant.
Je téléphone quand même, et après une minute d’attente (chez Streak’X, ça doit être
écrit dans le règlement : tout client qui téléphone est mis en attente de 1 à 3
minutes avant d’avoir le renseignement). Là j’apprends que je peux tout choisir sur la
base du catalogue, qui est pas mal :
Cadre en Tange Ultimate SuperLight (les mêmes tubes que les Sunn Maxe ’96), groupe Sachs
Quartz, freins Machine Tech V-brake ? fourche rigide. (Ben oui pour le prix ?).
Je me mets à rêver encore plus avec le catalogue : cintre thermoplastique Truc, boîtier
de pédalier titane Machin, ? Une rapide addition me calme tout de suite : plafond
explosé !

2 - L’achat

Je me décide à aller chez Streak’X avec un copain. Un copain ? Ben
oui, Celui-Qui-S’Y-Connaît-Et-Qui-Est-Passé-Par-Là. Parce que moi, ma limite, c’était
changer une chaîne et c’est tout. Genre bricolo moyen.
Clonk clonk fait la porte en fer dans la ruelle d’Orsay.
"Je suis bien chez Streak’X ?" demandais-je mal assuré.
"Oui, oui, entrez, c’est vous qui avez appelé ?"
Parce que chez ces gens-là, il faut appeler avant de venir, Monsieur
Comme quoi l’imagination : je m’attendais à un immense hangar avec pleins d’ouvriers en
train de monter des vélos, je suis un peu déçu. Ils sont dans trois pièces avec des
(très) hautes étagères partout. La première surprise passée, je commence à
détailler les étagères : oulàlà, le matos, des cintres, des couronnes de pédaliers
par bacs entiers, des pièces US rares importés qui traînent. On nous montre deux cadres
dans ma taille (18’). On enlève les cartons d’emballage et mon copain (Celui-Qui ?)
et moi, on les inspecte presque à la loupe : rien à dire, les soudures sont régulières
(j’ai lu les magazines VTT). "Les cadres (couleur titane) sont fabriqués dans la
même usine que les feus-Emery ?" Bon, bon ? Allez, pour chipoter, j’opte pour le
deuxième.

Je décide de me lancer à l’eau : j’achète. Je choisis les
équipements :

  • dérailleurs : Sachs Quartz (ils sont vraiment très beaux, style belle mécanique),
  • manettes LX (et pas XT bikoze budget),
  • freins Machine Tech (leviers + étriers),
  • roue AV moyeu énôôôrme Machine Tech + DT 1.8/1.6 + Mavic 221
  • roue AR moyeu Sachs Quartz roulements annulaires + DT 1.8/1.6 + Mavic 221
  • etc.

 3 - Le montage

Je reviens à la maison avec pleins de pochettes contenant des
pièces et je commence à angoisser : "où elle va déjà cette vis ?" L’appart
du Copain-Qui ? est envahi de pièces (il habite dans un studio avec ? ses
vélos).
On s’y met d’entrée : boîtier de pédalier (il faut faire très gaffe à l’enfoncer
très droit, car les filetages sont fragiles) ; direction. Je m’occupe du poste de
pilotage : poignées de freins, manettes LX ? zut, c’est le contraire. Pouf pouf je
recommence : manettes LX, poignées de freins, grips. Le gag tant attendu est là : après
m’être battu pendant UNE heure à enfoncer UN &#à%$ de grip, mon copain me montre le
coup du liquide pour les vitres pour le second ? Bilan : 1 heure et 15 secondes pour
les deux grips ? Zéro en rentabilité !

Après deux soirées d’euphorie à monter toutes les pièces qui
passent, on se rend compte des oublis : les rondelles en-dessous de la potence ?
Téléphone à Streak’X : c’est votre réglage de hauteur de potence, c’est votre
problème. Donc : direction Décathlon (le premier d’une longue série).
"Heu ? au fait, on a oublié les gaines de freins" : direction Décathlon II
Les jantes + rayons + moyeux sont déjà montés (’faut pas exagérer quand même), et mon
Copain (Qui ? ) me fait une démonstration du bruit d’une roue fraîchement montée
qui "se met en place" quand on appuie latéralement.

Sans entrer dans une polémique concernant la liste, j’ai bien
retenu une chose : toute pièce que l’on doit visser ou qui entre en contact avec une
autre : on graisse.
Le montage des dérailleurs est un vrai régal : premièrement parce qu’ils sont beaux et
deuxièmement parce que le réglage est facile et "répond" aux changements (ça
me change de mon STX AR avec 2 cm de jeu !).
Je récupère mes Time Sierra de mon ancien spad. Moi, j’aime bien, même si elles sont un
peu lourdes, et de toute façon... je n’ai plus les moyens... d’en acheter des neuves.

4 - La mise au point

Première galère, je n’arrive pas à installer le câble du
dérailleur AR. Après bien des essais, on se rend compte que c’est la manette LX qui
"n’accroche" pas le câble : à la première secousse, il saute ?
Donc rebelote : téléphone, garantie, envoi enveloppe, attente enveloppe Streak’X pièce
LX ?

Une fois le vélo tout monté, je vais vite dans les bois l’essayer.
La position est naturelle (moins allongé) et surtout ? le cadre "répond"
instantanément ! Les premiers tours de roue montrent immanquablement les défauts de
réglages : un quart de tour pour le dérailleur AR, des ressorts de freins qui ne sont
pas assez forts (peu de rappel de la poignée) et surtout le dérailleur AV une pièce
magnifique dans la butée interne explose à la première sortie ? Vu la taille de
cette butée (1 mm d’alu je ne comprends pas pourquoi ça n’arrive pas plus souvent).
Donc dix de der : téléphone (discussion serrée), garantie, envoi enveloppe, attente
enveloppe Streak’X pièce Quartz ?

Ca y est ! J’ai trouvé pourquoi mes freins MachineTech sont si mous
en rappel, la vis de fixation de l’étrier de frein (en titane siouplait) bloque aussi la
grosse vis de réglage du ressort de rappel ? Et il faut bloquer à donf’ la vis de
fixation pour éviter que le ressort ne tourne et ne se détende ? (Tous ceux qui ont
compris ma phrase du premier coup ont droit de se reposer un peu, les autres sont punis et
doivent la relire) Ce problème durera encore un peu jusqu’à ce que je trouve le réglage
le plus dur possible pour le ressort. Maintenant plus de desserrage ? Peut-être les
vis en titane se sont-elles soudées au cadre en Cromo ? Pas besoin de frein filet ?
(joke for ze liste)

5 - Mon premier essai

Ma première sortie de 40 Km avec le club me laisse un goût
doux-amer.

- Doux parce que je me suis dit "Tiens ? Ils ne sont pas en forme tous
aujourd’hui ? Je les double tous dans les montées et ils ne me larguent plus dans
leurs accélérations" (ah ? les accélérations avec ce vélo ?)

- Amer parce que je m’arrête tous les 5 Km pour régler les freins, le dérailleur AV,
remettre la chaîne, resserrer le câble de dérailleurs, la selle qui tombe, le ?

Quelques jours plus tard, je dégote à DKT une promo sur une Judy
XC avec butée pour cantilever. Tant pis je prends, même si c’est déconseillé dans la
notice d’utiliser avec des VB. Et en plus, elle a les mêmes couleurs (blanc/rouge) que
mon vélo.

 6 - Conclusion

Après un an, je peux me retourner sur cette expérience plus
froidement.
Sur le coup, j’ai vraiment eu des angoisses et des regrets quand quelque chose ne marchait
pas ("Mais pourquoi t’as pas pris le Xircuit ?"), mais aujourd’hui, je suis
capable d’entretenir et de réparer n’importe quoi sur mon spad ! Mon beau-père qui fait
du vélo depuis 40 ans m’a dit "Oui, mais toi tu es un spécialiste" (!)
Maintenant, je comprends ce que c’est de mettre au point un proto : montage / règlage /
essais / re-règlage / re-essais / etc.
Six mois et un déménagement (donc plus de Copain-Qui ?) après, j’ai trouvé en
promo la caisse à outils pour vélo qui contient TOUS les outils spécialisés pour 200
F ? J’aurais dû l’acheter avant !

Donc, pour environ 10.000 F j’ai un vélo pas banal. J’aime bien les
regards dans les randos des "spécialistes" qui détaillent mon vélo (les
freins ne passent pas inaperçus) en concluant que c’est un Sunn Titane ? Avec la
fourche télescopique et la tige de selle suspendue, il fait 11,5 Kg, honnête... Et en
plus, il est couleur titane / alu (argent comme disent les pro) / rouge.

P.S. : Mon Décathlon 520 du début, il a subit une reconversion
(dérailleurs AV (1 cm de jeu), chaîne, cassette, boîtier de pédalier, roues changés
car en fin de vie) avec des slicks et des plateaux 26/36/46 pour la route, il a donc une
seconde vie. Je ne suis pas une brute, ni un ingrat.

 

face="Arial" size="2">Voici pour commencer la photo qui devrait apparaître dans le
trombinoscope...

 

Et maintenant des photos de mon VTT en
détail :

Mon spad vu de profil, qui met en évidence la géométrie ergonomique (euh ?) et la tige de selle suspendue. Profil.jpg
Le poste de pilotage (admirez les leviers Machine Tech) Pilotage.jpg
La partie transmission Sachs Quartz DerAV.jpg
Détail du frein arrière. Remarquez les roulettes guide-cable, bien avant les XTR ! FreinAR.jpg

Fiche technique

Cadre Streak’X Target RC 10 en Tange Ultimate Superlight taille 18’
Fourche Rock-Shox Judy XC (T2)
Dérailleurs AR / AV Sachs Quartz
Manettes LX 97
Freins (leviers et étriers) Machine Tech (V-brake)
Roue AV Moyeu Machine Tech / Mavic 221 / Hutchinson Caméléon
Roue AR Moyeu Sachs Quartz / Mavic 221 / Hutchinson Caméléon
Direction FSA Orbit UF
Potence sans marque (même fournisseur que Sunn)
Cintre sans marque (from Décathlon)
Extensions Control Tech
Tige de selle Post Modern à suspension (même fournisseur que Sunn)
Selle Club Roost
Cassette / roue libre LX / LX
Pédalier Sachs Quartz 22/32/42 (il y a écrit Sugino derrière les manivelles, bouh !)
Boitier de pédalier LX
Pédales Time Sierra ou VP "normale" selon les conditions de boue

Comportement

Alors là, Christian il est vache de me
demander une chose pareille, pour deux raisons :

  1. Ce n’est qu’une sensation subjective en
    fonction de son vécu (et moi mon vécu jusqu’alors, c’était un Rockrider 520 tout
    rigide, pour ceux qui suivent)

  2. ’Chuis pas un pro avec les sens aiguisés à
    ce point, style journaleux tatillon. Encore que le fait de faire partie d’un club permet
    d’essayer de nombreux vélos.

Bon tant pis, je me lance.

Confort
Ben, passer d’un tout rigide à suspension avant + tige de selle suspendue,
ça change tout ! Jusque là je rétorquais aux copains qui avaient une fourche à
suspension (Air hautain) : "Ouais, mais bon, je préfère placer la roue avant au
millimètre, et pis dans les relances sur le plat, j’veux pas que ça pompe en danseuse,
et pis c’est lourd..." On trouve toujours 10 bonnes raisons...
Je suis content de ma Judy : bonne rigidité latérale, bonne absorption des gros chocs,
mais manque un peu de "gommage" sur les petits chocs.
Ma position est aussi meilleure : moins allongé, potence plus courte et plus relevée, je
suis plus à l’aise. Et puis avec une tige de selle télescopique : plus de mal aux dos ou
aux fesses !
J’ai essayé mon engin sans fourche télescopique pendant les deux premières semaines, eh
bien même comme ça, c’est assez confortable. On dit que l’acier, ça se tort, eh bien
moi ça me va (je ne pèse que 65 Kg avec poche des eaux... euh sac d’eau à dos).
C’est une sensation bizarre : on ressent moins les (bad) vibrations, le cadre absorbe les
chocs et pourtant...

Rendement / nervosité
...et pourtant ça répond instantanément quand on appuie sur les pédales.
Le beurre et l’argent du beurre.
Que ce soit en accélération sur le plat pour tirer une bourre ou dans les montées style
impossible, c’est un régal. On a l’impression d’avoir de l’EPO à la place de sa boisson
isotonique habituelle (c’est une boutade bien sûr...).
La tige de selle ne me gène absolument pas pour les maniaques du rendement du coup de
pédale.

Maniabilité / stabilité
La maniabilité est un peu moins bonne à cause de la chasse et de la potence
plus courte. Mais en fait je m’en fiche parce que la fourche télescopique pardonne les
erreurs de trajectoire.
Pour la stabilité... je n’ai rien à dire elle est parfaite. Le centrage des masses est
idéal (j’étais trop sur l’avant avec mon Décathlon). En effet, j’arrive à déraper sur
terrain mou des deux roues.
J’en profite pour parler des Caméléons : OK sur le roulant, OK sur le dur, OK si un peu
de boue. Mais en fait, leur adhérence latérale est un peu juste. Mais ils ont la
politesse de prévenir progressivement : ça fait peur, mais on reste sur le vélo.
C’est pas comme ces &#%*£$ de Rock X Country qui partaient sans avertir... et pouf
par terre. Jamais rien compris à ces pneus, moi.

En descente
C’est la VTTicime qui m’a décidé à changer mon Décath’ pour un VTT avec
fourche télescopique tellement j’avais mal aux avant-bras... Depuis, avec mon Streak’X,
j’ai fait des longues descentes (Transvercors, ...) sans fatigue pour les bras et les
doigts. Je m’amuse toujours beaucoup en descente, alors là j’ai un jouet super, même si
certains reliefs de terrains me font des "coups de raquette" qui me surprennent
vu que la fourche les a gobé, elle. Je n’ai jamais talonné avec, mais bon, je ne suis
pas un adepte des jumps d’enfer à péter les moyeux (juste quelques bunny-ups).
Pour les freins, j’ai bien eu des soucis comme je l’ai écrit, mais maintenant tout va
bien (juste les poignées un peu dure) : puissance, endurance (des avant-bras aussi !) et
progressivité. Avec mes anciens cantilever STX, j’avais SOIT la puissance, SOIT la
progressivité (j’avais opté pour le première solution et je tremblais quand je le
prêtais).

En montée
Ben pour un rigide AR, un cadre de qualité aide vraiment en motricité (ben
oui, c’est de cela qu’il s’agit). Avec un dérailleur AR qui répond au quart de poil,
c’est même un plaisir de griller les copains.
Petite précision pour les allergiques des suspensions avant : j’affirme qu’une fourche
télescopique aide dans les montées chaotiques car elle gomme les reliefs de terrains
(petites marches), ce qui évite de soulager la roue avant et donc permet d’appuyer comme
un bourrin sur les pédales (j’ai testé, je monte 1 plateau plus gros).

Sur le plat
Ben là encore, la fourche télescopique qui semble être un handicap est un
avantage car elle absorbe les irrégularités du terrain (plat ne voulant pas dire
goudron, beurk) et donc on ne se concentre pas que sur les micro-trajectoires, mais... sur
le paysage !
J’ai trouvé un réglage pour ma Judy pour qu’elle ne pompe pas du tout en danseuse :
précontrainte d’environ un tour 1/2 des molettes. Mais finalement, je la laisseau plus
mou (butée en plastique noire d’origine, et pas les grises) parce que... je m’y suis
habitué.
Le cadre en Ultra machin donne un rendement très... plaisant (voir rubrique Rendement /
nervosité).

Géométrie
_
J’ai mesuré mon Décathlon et mon Streak’X pour voir la différence. Toutes
les sensations me semblent confirmées par les mesures.
Mon oeuvre (mais non pas le Décat’) a le tube horizontal plus court de 1,5 cm, et il est
plus slooping, donc je suis + redressé et j’ai un vélo plus maniable.
Les angles des tubes de selles et de direction sont plus... sont moins... euh penchent
plus vers l’arrière, donc plus de stabilité de la direction et plus de motricité et de
confort. CQFD

Conclusion  : je me fais trois fois plus
plaisir sur mon nouveau VTT, mais je l’ai payé trois fois plus cher...

Hugues




Auteur - Hugues BRUCKER




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013