Accueil > Magazine > Actu et événements > L’actu 2012

  Retour sur le Roc d’Azur 2012 - Le Roc Tandem


(5/11/2012)

D’origine anglaise, le nom est un emprunt au latin tandem, qui signifie « enfin ». Le mot tandem était utilisé dans l’argot étudiant anglais pour exprimer l’idée de longueur.
(Source Wikipédia)

1) Lise peux-tu nous présenter l’équipage du tandem n° 7552 ?
A la direction : Tijlbert, un athlète retraité de 34 ans, qui passe sa vie au boulot depuis 8 ans. Pour tenter de le secouer et de renouer avec ses plaisirs de jeunesse, je lui ai offert pour ses 34 ans, qui tombait pile le jour de la course !, une inscription surprise au Roc d’azur en catégorie tandem. A l’arrière, moi-même, également ex-athlète, en reprise de sport après m’être occupé successivement de deux petits monstres.

2) Parlons machine, peux-tu nous parler de votre joujou et a-t-il connu des modifications matérielles ?
La seule modification qu’a connue notre tandem est une petite attache pour y accrocher la carriole des enfants. Il s’agit d’un Lapierre bleu et blanc comme il y en avait plein sur la course (un Tandem X2 Team, NDLR). Je ne peux pas en dire bien plus... Ha si, j’ai aussi changé ma selle pour avoir un trou au milieu !

3) Comment es-tu arrivée à la pratique du tandem ? Qu’est-ce qui t’attire dans cette discipline ?
Pour mes 30 ans, mes copains m’ont fait ce cadeau surprise. Perplexe au début, on y a d’abord trouvé un intérêt pour tirer les enfants dans les côtes, puis pour des escapades à deux plus sportives. Ce que j’aime dans le tandem ? Pouvoir me reposer sur les grosses cuisses de mon conducteur. Plus sérieusement, cela permet de faire des sorties communes malgré des niveaux physiques différents, tout en restant ensemble. En outre, je trouve agréable de pouvoir admirer le paysage, même dans les endroits techniques !

4) Premier Roc et une 6ème place dans la catégorie "mixte", comment avez-vous préparé cette épreuve ?
Heu... Pour être tout à fait franche, nous ne nous sommes malheureusement pas préparés du tout. En 2012, nous avons fait une sortie « sportive » en septembre et quatre sorties au printemps en tirant la carriole (une forme d’entrainement toutefois...). A rajouter à ce magnifique bilan : cinq sorties supplémentaires pour moi avec des copines (j’étais alors aux manettes !). Plus une petite dizaine de sorties en vélo de route, vélo individuel la plupart du temps. Aussi, nous pratiquons la course à pied, le ski de fond et le ski de randonnée, ce qui nous permet de conserver notre endurance, acquise durant nos années d’athlétisme.

5) Peux-tu nous raconter votre course sur ce tracé de 44 km ?
Levés à 3h du matin. 380 kilomètres de voiture plus tard, on débarque sur le tarmac de Fréjus. On fait deux allers-retours sur le parking et on se met dans le deuxième tas du départ. Notre première mission était d’abord de retrouver un couple d’amis partis devant. Dès la première longue montée, nous doublons du monde. Et encore plus à la montée suivante où l’on nous indique être dans les 12 premiers tandems mixtes. On se prend au jeu, d’autant plus qu’on continue à doubler du monde dans les montées. En revanche, nous perdons souvent nos places dans les descentes. Non pas qu’on aille doucement, mais on va clairement moins vite que les autres. _ Peut-être que les autres concurrents ont-ils une complémentaire santé spéciale ?
Au ravitaillement du Haut de Saint-Aygulf, nous étions 4ème ! Mais j’avais perdu ma gourde, et j’ai voulu m’arrêter pour boire et remplir la gourde du pilote (qui tombera quelques minutes plus tard... mon pilote n’était pas très content !). On se fait doubler au ravito, et notre tentative désespérée de les rattraper se termine le nez par terre, à cause d’une racine venue taper dans une pédale. Probablement une erreur de débutant, une vulgaire chute sur du plat... A partir de là, nous avons lâché prise. Nous nous sommes encore fait doubler par un autre tandem mixte, à fond les ballons dans une descente, juste avant la plage. Après, on en avait plein les pattes et on ramait sur le goudron. Nous avons finit en discutant.

6) S’il y avait une anecdote ce serait ...
Tous les « à gauche ! », les « s’il vous plait », ou les « attention ! » entendus derrière nous durant les descentes pour qu’on dégage. Et nos sourires lorsque, quelques minutes plus tard, on leur mettait un vent en montée. Une autre anecdote : j’ai été ravie de croiser un tandem mixte avec Monsieur derrière !

7) As-tu pu faire un tour sur le salon du Roc et aux alentours ? Quels retours en as-tu ?
Je n’ai vu que les nettoyeurs de vélo, et j’ai trouvé ça génial !

8) Serez-vous prêts l’an prochain à retenter l’expérience Roc Tandem ?
Oui, avec des protections sur les tibias et des accroches gourdes plus serrées.

9) Avez-vous des projets en matière de VTT ?
Nous n’avons pas de VTT. Mais nous avons bien envie de promener notre beau tandem Lapierre dans la cambrousse dès le printemps prochain.

10) Un message à faire passer en guise de conclusion ?
Le tandem est un bon moyen de tester son couple ! Si ca passe au Roc d’azur, ça passe pour la vie ! ;-)



Auteur - Piera




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013