Accueil > Magazine > Vélodepote

  Le Streakx Foxxy 2 selon Roudou


(28/02/2005)

Le biker

- Nom / Surnom : Jean-Marc Delforge alias Roudou
- Age : 43 printemps
- Habite : Mons, Hainaut, Belgique
- Roule : Dans la région Montoise, mais aussi un peu partout en Belgique et en France

Roule comment : n’importe comment pourrait-on dire. Une longue liste de gamelles est la pour en témoigner. Asside durant le précédent millénaire, ma pratique est devenue plus dillétante. Toutes les disciplines sont bonnes à prendre. Depuis la patate sur le hallage en vélo de route, au single de folie dans les endroits escarpés au guidon d’un spad de freeride en passant par tous les intermédiaires. J’aime le vélo pour sa diversité.

Le vélodepote

J’avais envie de gérer la totalité du choix des composants et de réaliser le montage du vélo. Je trouvais que cette aventure devait faire partie des expérience vélocypédiques à vivre. J’avais une idée assez précise de ce que je voulais et surtout curieux d’en essayer le résultat.

Philosophie recherchée
Simplicité, polyvalence, robustesse. Un vélo à tout faire, fiable, joueur, capable d’encaisser les pires sévices, tout en restant un randonneur agréable. Mais sans chercher à lui attribuer des prétentions sportives.

Explications du propiétaire
Je suis parti sur un budget de départ de 1000 euros. Mon fantasme cycliste devait aussi rester abordable. Le plafond a été un peu dépassé, mais pas tant que cela.

Il y avait deux composants sur lesquel je ne voulais aucun compromis. La fourche et les freins. Il y avait une petite inquiétude à propos des Magura Louise fort critiqués, mais les échos de la version 2004 se faisaient rassurants. J’avais pourtant envie de faire confiance à la marque Allemande, sans compter l’impulsion un brin "chauvine" de miser sur une marque Européenne. Le cadre avait été repéré depuis longtemps. Sa géométrie et sa robustesse collaient à ce que je cherchais, et bien sûr un prix imbatable. Connaissant le tempéramment de Streak’x pour les promos tonitruantes, il suffisait d’attendre le bon moment. Le reste est allé assez vite. La seule véritable folie c’est le pédalier XT 2004. Mais les sirénes des discounters Allemands se sont faites trop séduisantes.

L’ensemble donne un vélo un peu trappu, mais très maniable. Les composants robustes le rendent fiable. Sa simplicité, facile à entretenir.

Le vélo roule (peu il faut bien le concéder) depuis septembre 2004, mais a déjà démontré ses qualités sur les pistes de descentes Alpestres, sur les sentiers trialisants des Vosges, la boue belge et même sur le béton des hallage du Hainaut pour un résultat qui jusqu’ici colle de très près à l’idée qui a conduit à sa genèse.

Une photo du spad

Fiche technique détaillée de la bête

- Cadre : Streakx Foxxy 2
- Fourche : Magura Phaon. Cette fourche est celle dont le comportement se rapprochait le plus de la Fox Vanilla qui était jusque là ma référence. La suspension est confiée à des ressorts, règlable en débatement, précontrainte, compression, détente, à l’exception du lockout. Sa conception ne recèle pas de mystère et son entretient peut aussi être réalisé par un bricoleur plus ou moins averti.
- Freins : Magura Louise Freeride 2004 disques de 180. C’est certes surdimensionné pour la randonnée. Mais pour faire le kakou, et déscendre des montagnes c’est pas mal. Et bonne surprise leur "touché" est parmis les plus agréables des quelques systèmes de freinage sur disque que j’ai pu essayer jusqu’ici. Bref, un achat que je n’ai pas encore eu l’occasion de regretter.
- Roues : jante 36 trous, moyeux shimano XT. Elles sont très lourdres. Il est probable que de monter des roues de rando feraient gagner un bon kilo au vélo. En revanche, elle peuvent tout encaisser.
- Pneus : Nokian Gazzaloddi 2.3. J’ai une faiblesse pour ces pneus. Je ne sais pas à quoi ça tient. Leur robustesse surement et le confort que le gros volume d’air peut apporter sur un semi-rigide. Mais aussi à leur polyvalence, car il sont quasi à demeure sur le vélo et sont sans (mauvaise) surprise quel que soit le terrain, même si évidemment le rendement n’est pas leur fort.
- Transmission : Shimano XT pour la cassette, Sram pour la chaîne, et Sram Esp 9.0 pour le dérailleur arrière et les shifters
- Pedalier : Shimano XT 2004. Choisir le pédalier a été le gros casse-tête. Evidemment le XT 2004 sortait du lot. Mais à quel prix. Finalement un bon tuyau m’a conduit chez un discounter Allemand qui proposait des conditions qu’il était difficile de négliger.
- Pédales : Pédales plates DMR. Parfois j’essaye de revenir aux pédales automatiques. A chaque fois je remonte les flats. La sensation de liberté avec ces pédales vaut toutes les pertes de rendement du monde.
- Potence : Tioga. C’est peut-être la seule pièce que j’ai envie de changer. Visuellement elle est un peu massive. Et si en zone technique elle rend le vélo hyper maniable, en rando le vélo est quand même un brin trop "court". Sans doute faudra t’il user de 2 potences en fonction des circonstances. Ou peut-être un modèle réglable.
- Cintre : Star Bar Booster.
- Jeu de direction : FSA 36° Cartridge
- Tige de selle : Roox. Il fallait une tige de 45 cm. La Roox est graduée en centimètres. Pratique lorsque l’on s’amuse souvent à faire varier la hauteur de la selle en fonction du relief.
- Selle : Selle Italia gel flow

Poids
Habillé pour le coup de baston, avec les pneus de DH et les chambres de DH, le vélo avoisine les 13 Kgs, mais avec un équipement plus typé rando, il doit être facile de lui enlever 2 kgs.

Estimation du prix de l’ensemble
Sachant qu’une partie des pièces proviennent de matériel récupéré, acheté d’occasion, ou de promotions après de nombreux détailants, j’estime y avoir mis 1200 euros.

L’avis de la rédac’

Jean-Marc s’est livré au difficile jeu qui consiste à créer son propre fantasme vététesque. Il a en plus mis la barre assez haut en cherchant à se monter un vélo parfait pour les randos dans le plat pays, extra pour mettre la pression dans les pistes de descente, le tout sur la base d’un cadre rigide et pour un prix raisonnable. Une véritable quadrature du cercle !

En dehors de ce cahier des charges qui retient l’attention, la principale originalité de ce vtt vient du cadre. A mi-chemin entre un pur vtt de rando et une machine plus trash de free-ride ou de dual, Streak’X propose avec le Foxxy un produit sympa. Utiliser un matériel en provenance de la distribution, plutôt qu’un produit d’un grand constructeur pouvait apparaître comme une gageure. Autre choix en dehors du courant de la mode et du bien-disant ambiant, le choix de Magura pour les freins et la fourche.

Au final, tout dans ce spad en fait un vtt un peu à part, un brin rebelle et franchement anti-conformiste. En tout cas le résultat est plutôt convainquant, un engin diablement efficace, si l’on en juge par ce que nous avons eu l’occasion de constater sur la piste de descente de Morzine en arsouillant contre ce Vélodepote et son bouillant pilote.



Auteur - Roudou




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013