Accueil > Magazine > Coup de zoom

  Coup de zoom avril 2005


(16/04/2005)

<REP|SITE/2005/zoom>

Cauchemard vététesque

Qui n’a pas cauchemardé un jour de cela : plus de freins dans une superbe descente, le cintre qui casse dans un passage de marche, la roue avant qui se barre dans une réception de saut ?? Un cauchemard improbable ? Du vécu pour Jean-Marc.

Une sortie entre copains, distrait lors du remontage de son vélo sorti de la voiture, l’oubli de serrer son attache rapide. La suite il la raconte lui-même :

« 1 km (après les voitures) il y a une courbe serrée à gauche pour prendre une route. Pour ne pas perdre de vitesse, nous virons large en montant sur le trottoir d’en face. Pour revenir sur le goudron il faut faire un petit bunny pour sauter la bordure. Et c’est la que ça se joue.

Le scénario, je l’ai reconstitué après coup. La roue sort de son logement et les patins de freins mordent sur le pneu. Le roue est éjectée. Le vélo atterri sur la fourche. je me fais débarquer et j’embrasse la planète dans une fougueuse étreinte goudronnée. Le tout s’est produit en une fraction de seconde. Je n’ai rien vu arriver, ni eu le temps d’esquiver quoi que ce soit. J’étais le visage par terre avant de comprendre que je tombais.

Au bilan du vélo on trouve une fourche qui a fait le grand écart. Pour le biker c’est moins marrant. Complètement sonné, du sang qui s’écoule de partout. Je ne voyais plus que d’un oeil, la bouche ravagée, et l’impression d’avoir perdu la moitié des dents. Je n’en menais pas large. Grâce à la prompte et salutaire réaction des mes petits copains de randonnée, je suis rapidement évacué en camion rouge. Au CHu de Valenciennes, un spécialiste m’a reconstruit le visage quelques heures plus tard. Une arcade sourcilière largement entamée, des coupures diverses autour de l’œil gauche, un nez cassé, et fendu, une lèvre fendue, et profondément abîmée de l’intérieur. Plus de nombreuses pizzas. La réparation demandera dans les 25 points de suture et quelques semaines avant de ne plus mériter le sobriquet de Frankenstein.

Deux ans plus tard, je m’en sors pas trop mal. Le chirurgien à plutôt bien fait son job et les cicatrices se confondent avec les plis de ma tronche de quadra. J’ai récupéré la mobilité de la lèvre inférieure,
mais je dois faire avec une sensibilité amoindrie pour sa moitié gauche. »







Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013