Accueil > Magazine > Dossiers Techniques

  Construire sa grind box


(23/04/2007)

Gring box quesaco

Wow, une grind quoi ?

Première étape : qu’est ce qu’une grind box et à quoi cela sert-il ? Avec un nom pareil vous vous doutez bien que c’est un truc de d’jeunes pour faire le cacou et vous avez bien raison. Une grind box sert en BMX et en skate pour glisser le long de ses arrêtes avec des pegs pour les uns, les axes des roues pour les planches à roulettes.

Plus récemment, des vttistes free styleurs en ont utilisé pour placer le même genre de tricks. Donc, ce n’est pas trop utile pour le cross country mais si vous aimez les sauts et le free ride, vous serez peut-être amené à en croiser une sur votre chemin voire l’utiliser et, exceptionnellement, en construire une ;)

A noter qu’une grind box peut aussi être utilisée pour s’entraîner à passer des bunny et à placer quelques tricks de street/BMX genre bar spin, 180 et autres joyeusetés. On peut aussi utiliser les pédales pour glisser et donc il ne faut pas obligatoirement avoir des pegs pour en profiter.
Grosso modo, une grind box ressemble à une gosse boîte : un parallélipipède rectangle, dont les arêtes sont renforcées pour supporter les attaques du vélo. Rien de bien compliqué somme toute, sauf une fois que l’on se trouve devant le rayon bricolage de son magasin et que l’on a des tas de questions genre : quelle épaisseur de contreplaqué je prends, quelle section de bois, quelle qualité, la longueur des vis, ... Puisque j’y suis passé autant en faire bénéficier autrui.

Un dernier point avant de passer à la construction : personne n’endossera aucune responsabilité si vous vous fracassez sur la box de votre fabrication même si vous avez respecté les quelques conseils que j’ai bafouillé ici bas. Donc vous la construisez et vous vous en servez a vos risques et périls. Vu ?

Plan et dimensions

Première chose, les dimensions de la boîte. Cela va dépendre de votre niveau, principalement ce que vous arrivez à passer en bunny. Vous aimerez certainement que la box soit suffisamment basse que pour être directement utilisable mais suffisamment haute que pour vous permettre de progresser. Je vous suggère donc que la hauteur soit celle du maximum que vous arrivez à passer en bunny. Pour ma part c’était un pied et demi soit 18 inches. Ah, je vous ai bien eu, repassons aux bonnes vieilles unités métriques : 45 cm !

Pour la longueur là aussi il faut faire un compromis entre un minimum pour que le grind soit amusant et un maximum pour qu’elle soit transportable et que l’on trouve les longueurs de matériaux facilement dans le commerce. La limitation que j’ai trouvée est la disponibilité des cornières en aciers qui renforcent les angles. Soit environ 1,5 mètres (6 fts).

Concernant la largeur, il faut que l’ensemble soit stable. Vous n’avez certainement pas envie qu’elle se retourne une fois que vous serez monté dessus. Donc, si vous n’avez pas l’intention de l’ancrer dans le sol, elle doit être un peu plus large que haute. Pour 45 cm de haut j’ai choisi 60 cm de large.

Pour le cadre, j’ai ajouté des pieds supplémentaires au centre afin d’avoir un maximum de rigidité. J’ai aussi laissé les montants horizontaux s’appuyer sur les pieds (et non l’inverse) car les efforts sont majoritairement verticaux. Vu que les rails métalliques rigidifient déjà la longueur, je n’ai pas eu peur de couper ces montants afin d’insérer les pieds supplémentaires.

Les montant ne sont pas directement raccordés. Ils ne tiennent que parce qu’ils sont vissés aux panneaux. Il n’y a donc pas d’élément de jonction comme des équerres.
Une bonne chose à faire avant d’aller collecter les matériaux c’est un plan, ou un croquis. Si vous avez auto CAD, c’est bien, mais un simple dessin sur une bonne vieille feuille de papier suffit. Cela permet de structurer les idées et de montrer au commerçant/quincaillier/belle-mère ce que vous désirez construire.

Vous aurez aussi l’ensemble des mesures pour les panneaux latéraux et les longueurs exactes des bois pour le cadre. Ainsi, vous pourrez demander la découpe exacte directement en magasin et cela vous évitera de devoir trop jouer de la scie circulaire.

Matériaux

Pour le cadre qui constitue le squelette de la box, j’ai utilisé des montants de section carrée de 5 cm de côté en pin. Etrangement, ce qui est référencé comme 5 cm ne fait que 3.5 en raison du ponçage (il n’y a pas de petit profit, dicton de menuisier ?).

Les panneaux latéraux sont en multiplis (5 plis) de 1.5 cm d’épaisseur. Le multipli possède de nombreux avantages : une excellente rigidité pour une épaisseur somme toute raisonnable, une bonne résistance aux intempéries et une élasticité qui lui permet de ne pas casser sous les chocs répétés.

Les rails sont des L en acier de 4 cm de côté, symétriques.
Les vis sont des vis à bois en acier de 4 cm de long et tête fraisée. Il m’en a fallu une petite centaine.
Avec tout cela, j’en ai eu pour un peu moins de 100 euros. Pour un budget plus serré il est toujours possible de chercher dans les matériaux de récupération, les chutes de bois etc. Mais je ne pense pas que cela en vaille la peine.
Comme outillage : un foreuse/visseuse/dévisseuse est indispensable, une scie circulaire ainsi qu’une scie sauteuse peuvent être les bienvenues.

Assemblage

L’assemblage est un jeu d’enfant pour qui sait manier la visseuse/dévisseuse. Il faut néanmoins prendre en compte que les têtes de vis ne doivent pas dépasser du bois sans quoi vous pourriez vous blesser et qu’elles ne doivent en aucun cas dépasser des rails métalliques sans quoi les pegs vont arracher les têtes et le rail ne tiendra plus après seulement quelques grinds.

Pour cela il faut fraiser les trous que vous allez forer dans les rails. On vend dans les magasins d’outillage des mandrins spéciaux dont l’angle correspond a celui des têtes de vis, mais si vous être pressé/fauché, vous pouvez toujours utiliser une mèche (un foret) d’un plus grand diamètre. L’angle ne correspondra pas exactement mais cela sera toujours mieux que rien.

Quelques conseils

Avant de visser, forez un trou d’un plus petit diamètre dans le bois. Cela permet d’atténuer les contraintes dans le bois et que celui-ci ne se fende pas lorsque vous y placez la vis.

Repérez bien vos trous au crayon avant de forer, vérifiez que deux vis ne se croisent pas dans le bois

Assemblez d’abord tous les panneaux en bois puis placez les rails par-dessus. Vérifiez que les vis des rails ne coïncident pas aux emplacements des vis du bois. Vous pouvez ainsi les renforcer les unes les autres.

Appliquez toutes les précautions d’usage lorsque vous bricolez.

Avant d’appeler tous vos copains à venir essayer votre nouvelle box, vérifiez d’abord qu’elle soit solide, testez là (à pied), sautez dessus, regardez si les bois ne bougent pas, ajoutez des renforts si nécessaire. J’ai personnellement trouvé utile de renforcer les pieds centraux car les panneaux latéraux avaient été coupés trop court au magasin (voir photo).

La prochaine fois nous verrons comment construire un tremplin plan et incurvé.
Enjoy !



Auteur - PAB




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013