Accueil > Magazine > Le vélo dans tous ses états.

  La voie verte des Hautes Vosges


(29/08/2013)

Je sais bien qu’il ne s’agit pas de VTT. Mais après tout, un VTT c’est un vélo tout terrain, et le béton d’une piste cyclable qu’on le veuille ou non c’est un terrain. Et puis c’était durant un randoNet. Bref, il n’y a pas de raison pour refuser un compte-rendu de ce genre...

C’était donc durant un randoNet. Plus précisément le VosgesNet dont la camp de base était installé au refuge des amis de la nature sur les hauteurs de Ventron. Le préparateur du séjour étant reconnu pour ses qualités de grimpeur et son goût quelques peut démesuré pour les montées impossibles, j’avais tout à craindre de ce rendez-vous. Fort heureusement une tendinite survenue fort à propos m’offrait une échappatoire honorable pour éviter le calvaire qui m’était promis. J’évitais ainsi d’avoir à avouer une forme perfectible. Du coup, ma petite femme et moi optons pour une sortie, certes en vélo, mais cool. Reste à trouver ce qu’il y à a faire de cool en vélo lorsque l’on est dans les hautes-vosges à 700 mètres d’altitude dans un gîte situé sur le versant d’une montagne.

La voie verte nous répond notre GO. C’est un piste cyclable construite sur le tracé d’une ancienne voie ferrée. Cela suit la vallée et permet de visiter les Vosges par le bas sans en subir les dénivelés ni la circulation automobile. Cool, c’est exactement ce qu’il nous faut.

Départ en milieu de matinée alors que le soleil dispenses déjà ardemment ses bienfaits. C’est parait-il assez rare dans la région. Sans trop de références, nous y allons au flair. Puisque la voie verte suit le fond de la vallée, il n’y a guère d’autre solution que de descendre. Nous dévalons les 150 mètres de dénivelés qui nous séparent de la vallée. On cherche un truc qui ressemble à une voie verte. Rien. Ce n’est peut-être pas la bonne vallée. Nous continuons donc à descendre, et d’affluent en confluents nous en arrivons à rejoindre Cornimont encore 100 mètres plus bas. Et la miracle, un panneau indicateur mentionne "voie verte : 1 km". Nous suivons la flèche. Encore l’un ou l’autre changement de direction, et nous y sommes enfin.

La voie vertes des Hautes-Vosges c’est un superbe ruban de bitume large d’environ 2,5 mètres qui progresse en pente douce de Cornimont à Remiremont en suivant la vallée, puis de Remiremont à Bussang par une autre vallée. Soit en tout une bonne cinquantaine de kilomètres. Le parcourt profite du tablier d’une ancienne voie de chemin de fer désaffectée. Du coup la piste est en pente très douce et régulière, et progresse sur un site propre à l’écart de toute autre voie de communication. La rivière est souvent proche, la nature toujours présente. Chemin de fer oblige, la voie traverse de nombreux villages en les montrant sous un jour différent puisqu’on y voit plus souvent le côté jardin que le côté rue.

Site propre, mais pas pour autant site isolé. En effet l’aménagement ne se contente pas de bétonner l’ancien ballast. Le parcourt est bordé d’une signalisation constante. Les villages sont signalés, des panneau rappellent régulièrement ou vous en êtes, les curiosités touristiques sont indiquées. Le croisement de route sont systématiquement sanctionnés par des chicanes qui tout à la fois ralentissent les cyclistes et les incites à la prudence. De leur côté, les automobilistes sont avertis qu’ils croisent la voie verte. La signalisation va même jusqu’à avertir du croisement des sentiers de grande randonnées. Avec cette fois la priorité clairement indiquée au bénéfice des utilisateurs de voie-verte. Le club Vosgien n’étant pas en reste puisqu’on retrouve leurs balises à tous les croisements de sentiers. Impossible de se perdre ou de se sentir délaissé lorsqu’on circule sur ce chemin. On trouvera même quelques commerces ambulants venus installer leur étalage ou buvette aux abord de la voie verte. De aires de repos jalonnent régulièrement le parcourt pour des pique-niques sympathiques.

Visiblement l’itinéraire est bien connu et apprécié. Le flot de cyclistes est assez dense, mais on est loin de la bousculade. Cyclos qui profitent de l’itinéraire pour rejoindre le pied du col du jour, randonneurs bucoliques qui circulent seuls, en couple, ou en groupe. Famille avec la progéniture en croupe, en attelage ou déjà sur sa propre monture. Pensionnés prenants un bol d’air. Vacanciers en goguette. Travailleur allant ou revenant du boulot. Bref, la voie verte est un véritable axe de communication au même titre que n’importe quelle autre route parcourant la vallée. Et ça c’est vraiment quelque chose de formidable.

Nous suivons le ruban qui descend doucement jusqu’au delà de Peccavillers ou nous trouvons une table de pique-nique libre et ombragée pour une pause déjeuner. Partis à l’aventure sans carte ni référence autre que les schémas plantés aux endroits stratégique du parcours, nous décidons de rebrousser chemin pour le retour plutôt que de tenter une hasardeuse boucle par Bussang. Il faut dire que la fin serait sanctionné par un passage de col dont nous ignorons tout pour revenir vers Ventron. Mais c’est certainement à essayer.

Le retour est légèrement plus physique que l’aller. La douce pente qui nous avait emmenée jusque là se mue en faux-plats montant. Rien de bien méchant mais l’on sent bien que la pression sur les pédales nécessite plus de vigueur que naguère. Au passage des Gorges de Crosery Axelle profite des sanitaires public tout spécialement aménagé pour les utilisateurs de la voie-vertes. Vraiment c’est un bonheur rare que de se sentir respecté à ce point en tant que cycliste. De retour à Cornimont, une pause Bistro nous offre un bienheureux rafraichissement allant jusqu’au remplissage des bidons avec de l’eau offerte par le tenancier sortant du réfrigérateur (l’eau pas le tenancier). Reste la dernière difficulté. Le retour sur les hauteurs de Ventron quatre kilomètres plus loin et 250 mètres plus haut. Ho hisse !!!

NDLR : Cet article a été écrit en 2007. Son auteur a depuis délaissé son VTT et est devenu un ardent utilisateur du vélo comme moyen de déplacement quotidien et un acteur très actif dans la promotion de ce mode de transport.

Quelques liens :

- Le site de la voie verte des hautes-vosges

- La fiche détaillée du parcours sur AF3V



Auteur - Roudou




Nous contacter - Infos légales - rss - Copyright VTTnet 1997/2013